Substitution et extinction





    Le capital donnerait bien tous ses milliards


                  de l'accumulation primitive pour le scalp de

                                                              son grand ennemi: l'Homme.


                                                                                    

                                                                              A. Bordiga


                              


                                                                                                                                                                           




La mise en place de l'agriculture, de l'élevage puis de l'invention de la poterie au cours du néolithique conduisent à ce que la production devienne le faire fondamental de l'espèce. Or, du fait de la séparation d'avec la nature qui en découle, la coupure de continuité s'impose et, de façon artificielle, la mise en place d'une dynamique de la substitution de ce qui est naturel par de l'artificiel fondant la dualité naturel artificiel: la naturalité conservant le lien au passé et l'artificiel celui au présent et surtout au futur qui va devenir prépondérant. Tout ce qui est immédiat, en relation avec la continuité naturelle, va être substitué, en particulier les relations humaines. Du fait du surgissement de la dyade amitié - inimitié, résultant également de la coupure de continuité où la deuxième partie devient prépondérante en tant que génératrice d'une nouvelle continuité à partit du discontinu compensant la perte de celle naturelle. Pou cela, il faut que s'effectue un mouvement qui relie les discontinus, il faut que des liens s'établissent entre les éléments substitués afin de les unir. Or lier contient une ambiguïté, tout d'abord l'idée d'union déjà signalée et celle d'attacher pour emprisonner. Dés lors ne pas être lié c'est ne pas dépendre ne pas être esclave ou serf. L'enfant étant considéré comme un être dépendant, devenir adulte c'est sortir de la minorité. Produire est une dynamique pour sortir de la dépendance et le résultat de la production ce sont des marchandises, des objets matériels ou non, différentes en fonction du quantum de valeur qu'elles contiennent, c'est-à-dire en définitive du quantum de travail incorporé en elles, pouvant s’échanger s'il y a égalité des quanta: loi de la valeur qui sanctionne la validité des liens. Le mouvement qui relie les discontinus est représenté ainsi par Marx: M - A - M, circulation simple des marchandises où M est une matérialité et A, l'argent qu'on peut considérer comme un lien immatériel permettant d'assurer la continuité. Cette circulation peut être considérée comme la succession de trois métamorphoses. Leur mise en mouvement est sous la dépendance d'une autre loi celle de la concurrence qui est, en définitive, une mise en action de l'inimitié: tout lui est soumis.



Cela s'accentue avec le passage de l' argent au stade de monnaie universelle. marchandisation du monde, et les marchandises tendent à se substituer aux êtres humains. Le but n'est plus d'obtenir un produit devenu marchandise mais mais l'argent et Marx représente ainsi le nouveau mouvement: A - M - A' avec A' > A et ce qui est essentiel ce n'est pas la qualité mais la quantifié et de ce fait cela peut constituer un support pour exprimer une insatisfaction, une insatiabilité.





Ce qui vaut pour les choses vaut pour les êtres humains disait Marx et il affirmait aussi que derrière les choses, se trouvaient les hommes. Ainsi, ayant perdu leur immédiateté, le mouvement économique leur sert à dire les produits de leur psychisme: substitution, de même que les communautés ont été substituées par les États. Donc au néolithique la coupure de continuité engendre la substitution des relations humaines par le mouvement économique et l’inimité est devenue un élément déterminant du comportement des êtres humains, même au sein de ce qui reste de communautés comme la famille ou des associations à but non lucratif. Elle apparaît comme un opérateur d'affirmation étant donné que la coupure de continuité engendre la perte de la certitude; de la sécurité et la crise de la présence: le monde recèle une menace, d' où l'on doit se défendre.



En dehors d'actes de grande violence, on a diverses manifestations de l'inimitié dans la vie courante: la polémique le dénigrement, l'ironie, l'humour, la volonté de se distinguer, d'être reconnu, les défis, les concours divers (où il faut l'emporter sur), les challenges, opérer pour sortir d'une ambiguïté tuer symboliquement le père. La peur d'une manifestation d’inimitié peut conditionner une inhibition de celle de la sympathie, peur aussi de se dire, de s'impliquer justement dans un monde dominé par l'inimitié, d'être entraîné dans un devenir en rapport à un déversement qu'on ne sollicite pas. Citons également la répression de la naturalité de l'enfant, la misogynie qui peut aller jusqu'au viol, à l'assassinat, ou l'exploitation dans la production et la mise en dépendance dans les relatons sociales avec difficulté d'affirmation, et les réactions plus ou moins violentes à la suite d’une remise en cause elle-même suscitée par de l'inimitié.



Notons que dans le passé les dominants avaient le droit, même en dehors de périodes de guerre de porter et d'utiliser des armes. En réaction les dominés transformèrent certains de leurs outils et mirent au point des arts martiaux pratiqués à mins nues ou avec bâtons, râteaux, etc



Le plus grave et le plus lourd de conséquences dans les transformations qui eurent lieu au néolithique, c'est l'engendrement de l'insatiabilité liée à la coupure de continuité. En effet vivre en celle-ci générait la plénitude et la satisfaction, désormais il faut produire, donc travailler pour combler un manque ( la continuité) ce qui engendre une insatiabilité du fait de l'impossibilité d'atteindre ce but.



L'énorme développement du phénomène de la valeur permit de donner de l’ampleur à la consommation ostentatoire, à la production d'un grand nombre de liens et à l'accroissement de l'ambiguïté mais aussi à une autre forme d’insatiabilité avec l'usure et la thésaurisation: l'avare n'est jamais satisfait de ce qu'il a acquis car ce qu'il thésaurise ce sont des substituts et non des réalités tangibles. Cette thésaurisation peut concerner même les relations humaines: accumuler des liens, afin d'être reconnu, alors le besoin de reconnaissance se substitue à celui d'affection.



Quand on passe de la circulation simple M - A -M , la matérialité, la valeur d'usage est le but de l'échange, tandis qu'avec la phase monétaire c'est la valeur d'échange et donc, celle par excellence, l'argent, et surtout son incrémentation: A - M - A' avec A' > A , ce qui peut permettre d'être le support pour un devenir à l'insatiabilité. Il peut permettre de la satisfaire mais non la susciter. Il a seulement la forme de l'incrémentation.



L'argent opérant en tant que représentation et médiation peut permettre le développement de la substitution grâce au comme si. En effet, un homme laid peut très bien acheter des femmes et apparaître beau du fait de l'acquisition de la conséquence de la beauté: plaire. De ce fait tout se passe comme s''il était beau. C'est un thème souvent traité en littérature par exemple par Goethe et Shakespeare et que K.Marx a cité dans les Manuscrits de 1844 pour justement montrer le caractère universel de la monnaie. Sous l'ancien régime on pouvait acheter des titres de noblesse et devenir noble, c'est pourquoi l'argent était honni comme un pervertisseur des mœurs. Il permet la réalisation de relations humaines artificielles mais ne permet pas des substitutions complètes, restant dans l'apparence, facilitant une substitution mais ne la créant pas.



La spéculation déjà opérante dans l'antiquité est un moyen de satisfaire l'insatiabilité grâce à l'argent mais il ne la suscite pas.



L'humanité s'opposa au mouvement de la valeur, à un mouvement de substitution composante de la dynamique de domestication et, ainsi, à la fin de l'antiquité, la valeur régresse considérablement, disparaissant par endroits, donnant lieu à une grande phase de fonciarisation: le féodalisme qui dura plusieurs siècles: la terre est le fondement du procès de vie ce qui donnera lieu à l'anthropomorphose de la propriété foncière, une sorte d’inversion (retour à la terre) sans remise en cause des rapports de domination.



Le féodalisme produisit sa propre idéologie où la foi était déterminante et la science secondaire ce qui n'impliquait pas une stagnation technique ni une ignorance, voire un obscurantisme. L'essentiel c'était les rapports de dépendance: de la terre, entre les hommes



L'époque de la Renaissance et de la Réforme se caractérise, d'une part, par la floraison de la philosophie du faire qui devient le concept fondamental pour définir l'espèce supplantant - se substituant à essence, à existence, concepts du continu, l'homme est ce qu'il se fait . D'autre part l'homme n'est pas, il devient (Érasme), l'innéité n'est que secondaire, il en découle la nécessité d'un intense travail pour assurer ce devenir, et la nécessite du progrès qui devient l’objectif essentiel et peut susciter l’insatiabilité avec possibilité d'autonomisation. D'où l'importance exceptionnelle de l'entrepreneur. Production et simulation permettent d'accroître le phénomène de séparation, comme cela opère au XV° siècle avec l'invention du paysage.


Le devenir dans la séparation, dans l’autonomisation est la base sur laquelle peut surgir l’insatiabilité.



Cette période a connu d’importantes substitutions, celle de la foi, de la religion et même en partie la philosophie par la rationalité, par la science, de ce qui restait de communauté par l'individu, ce qui implique aussi celle du comportement dominé par la passivité par un autre comportant une affirmation active du faire souvent avec arrogance, celle due à la possession d'argent comme cela se vérifie chez le bourgeois qui se substitue au propriétaire foncier. Ce disant on n'oublie pas que substitution n’implique pas disparition. C'est une sorte d'Aufhebung, de dépassement, selon W.Hegel. Si ce n'était pas le cas, la naturalité aurait déjà disparu.



Le faire et le travail deviennent absolument essentiels pour s'adapter au devenir hors nature. Le progrès se mesure au degré d'éloignement par rapport à celle-ci. C’est la phase de l’anthropomorphose du travail du sein de laquelle surgira le capital - phase où se développent travail et valeur. C'est l'époque où se développe le système des enclosures c'est-à-dire la privatisation des biens communaux, et qu'il y a pour réaliser un élevage intense des moutons - manifestation d'une insatiabilité - une substitution de ceux-ci aux hommes, comme le fit remarquer K.Marx. On a eu donc expropriation des hommes qui furent dépossédés et réduits à leur force de travail, les prolétaires, et floraison de l'inimitié1. Ainsi les détenteurs d'argent purent acheter la force de travail et donner naissance au capital. Ceux-ci étaient des hommes nouveaux: les entrepreneurs pour qui le but de l'entreprise, c'est-à-dire la réalisation d'un projet, une production donnée, n'est pas simplement profane, obtenir un profit, mais sotériologique. La réalisation de ce dernier serait témoignage du salut de celui qui l'a entrepris. L'époque où apparut le capital fut ²une époque d’incertitude, de désespoir, de déréliction et, comme l'a exposé Max Weber, réussir dans son entreprise était la preuve de sa salvation. Le salut dériva de l'adoption d'un nouvel ethos, ce qui encore une fois ne fut possible que pour les dominants.



La dynamique du scientifique est similaire dans la visée à celle de l'entrepreneur et relève de l'empirisme. En effet il part d'un certain nombre de faits qu'il essaie d'organiser et émet une hypothèse dont il doit vérifier l’exactitude par une expérience qui correspond en quelque sorte au moment où doit se vérifier le salut qui de ce fait est soumis aux règles de la rationalité, à l'usage de la raison. Elle fut mise au point à la fin de la période féodale, à la Renaissance,où le fidéisme et les anciennes croyances furent remises en cause ainsi que la toute toute puissance de la nature. En conséquence les femmes considérées comme trop naturelles, trop liées à la nature, irrationnelles, taxées de sorcières dont beaucoup furent brûlées. l'époque de la Renaissance jusqu'à la phase de domination superficielle du capital sur la société est la seconde après le néolithique de l'asservissement des femmes qui vit la mise en place de la production, la séparation d'avec la nature. Avec le capital c'est le triomphe de l’artificialité, la domination de la nature (il fallait d'abord s'en séparer).



Donc les deux phases de séparation sont des phases de recul pour le statut des femmes et de régression de la condition des enfants.On constate qu''il y a même dans certains cas essai de se substituer à la femme:l'invention de l’obstétrique.



La similitude dans les visées du scientifique et de l'entrepreneur révèlent à quel point l'Homme est tenaillé par l'inquiétude, par son incertitude au monde, induites par la coupures de continuité, et qu'il se sert de la connaissance pour se fonder, se sécuriser.



Le développement de la science est inséparable de la genèse du capital ne serait-ce qu'à cause de la nécessité de la technique - développement du capital fixe - et de celle de l'élimination des savoirs antérieurs ou contemporains, comme déjà signalé, comme au refus de la dépendance revendiquée par F. Bacon, R. Descartes, correspondant à une volonté de dominer et sortir de la nature, ce qui est à la base de l’insatisfaction, de l'insatiabilité. Il fut également nécessaire pour justifier une infériorité supposée de la femme. Les nécessités de la production capitaliste remirent en cause un tel a priori sans faire disparaître la misogynie, qui a d'autres fondements. Ainsi les deux sexes en vinrent à être considérés comme indifférenciés mais avec une prépondérance pour l'homme grâce à la rationalité, à la rigueur, à la méfiance vis-à-vis de l'intuition.



Dés le début de son instauration le capital opère une substitution: l'ouvrier est remplacé par la machine la loi de la valeur par celle du capital et cela va s'amplifier. Aussi du fait du grand développement du  capital fixe (les machines) le quantum de travail se réduit énormément  et c'est ce captal fixe devenu Human Being qui produit en fait, qui se substitue à l’homme naturel En conséquence le nombre de travailleurs productifs diminue de plus en plus et celui des improductifs va en sens inverse. Dans les Grundriss, Marx écrit que si ces derniers viennent à dépasser les premiers,  ce serait une révolution. Or, en 1956 cela a eu lieu pour la première fois aux USA, puis cela s'est généralisé. Ceci a causé en quelque sorte la perte de l'esprit prolétaire par adoption (ou substitution) d'un esprit  de consommateur tandis que  le  grand développement du général intellect, du capital fixe, causa la disparition physique du prolétariat. Dans un premier temps nous avons parlé de mort potentielle, puis de mort effective du capital du fait de la disparation de la dyade valeur-travail opérante lors de sa fondation avait disparu, comme avait disparu la domination superficielle (formelle) puis réelle au sein du procès de production immédiat, puis dans la société du fait de son échappement et de son autonomisation. Il s'agissait d'un phénomène immédiat, limité historiquement. Ce faisant nous escamotions échappement et autonomisation que nous avions pourtant mis en évidence. En effet de ce fait le capital,  qui a toujours tendu à échapper aux  contradictions et à la substantification qui l'inhibent,  réussit à s’échapper, à s' autonomiser et n'être plus qu'une forme sans contenu et cette forme c’est celle  de l'incrément continué, possible grâce à l'innovation. Étant une forme sans contenu il peut s'autonomiser et convenir à n'importe quoi. Ainsi chaque être humain devient un support pour une forme du capital permettant la pleine réalisation de l'anthropomorphisation de celui-ci en devenant un substitut de l'espèce, l'homme spéciosé, et l’individu un homme ontosé, où la naturalité est de plus en plus comprimée, réduite.



Comment se pose l'insatiabilité chez l'homme spéciosé ? Étant donné que le capital se manifeste, se réalise sur le mode de l"incrémentation - il n'est que s'il produit continuellement un incrément - il peut être le substitut support de l'insatiabilité humaine. Et ceci pare qu'il se réduit à une forme. Or, encore plus que dans le cas de la valeur il s’agit d’une forme à la recherche d’un contenu; mais aussi d'un contenu qui s'impose en vivifiant celle qui l'enserre au départ et l'a fait accéder à sa plénitude où il semble s'être dissout en elle. Et Marx fait remarquer que: "Presque dans tous les pays et à presque toutes les époques historiques où le mode de production se trouve à un stade inférieur et la structure économique de la société insuffisamment développée, nous trouvons l’argent porteur d’intérêt, l'argent qui pose l’argent, donc du capital formel.» 2


«L’argent qui effectue ce mouvement est capital, ou encore: la valeur devenue autonome dans l’argent, qui effectue ce procès, est la forme sous laquelle le capital se présente ou apparaît d’abord.»3



Ainsi dés l'origine le capital est exploitation, manifestation d’inimitié et d’insatiabilité. Si l'usure est remplacée ensuite par le procès de production, notons que thésaurisation et avarice furent des pratiques pour se prémunir contre une menace, celle d' un manque et, que de ce fait, il y a continuité avec le capital. L'entraide originelle fut complètement substituée.



Comment cela s'effectue de nos jours? Le livre de Shoshana Zuboff "L'âge du capitalisme de surveillance" met en évidence de façon impressionnante comment cette substitution se réalise grâce à une ample utilisation des réflexes conditionnels opérants selon la méthode de Skinner, et les moyens d'Internet qui sont encore plus puissants parce que c'est l'internaute qui opère librement pour lui-même, qui effectue la substitution dont il est victime. Le but des divers dirigeants des prestataires d’Internet est de réaliser une dystopie et sont tous mégalomanes, insatisfaits , insatiables. Nous avons déjà parlé de tout cela dans " Précisions au risque d'extinction" et ne voulons pas y revenir mais seulement faire remarquer que ce sont des dominants, les insatisfaits et insatiables qui conditionnent le comportement des êtres humains et que c'est donc à partir d'eux que les substitutions s’opèrent parce que ce sont des hommes substitués en capital (fin du procès d'anthropomorphisation) et que donc l'insatiabilité persiste en eux avec la nécessité constante de l'incrémentation.



Mais les choses sont encore plus complexes. Dans son livre, Ce qu'il reste de nos rêves Flore Vasseur4, met en évidence que la création du Web par Aaron Swarts résulte de la réalisation d'un projet d'un adolescent aspirant à l'union de touts les humain et du désir qu'ils ne perdent pas leur part d'enfant. Il voulait sauver le monde.Une telle affirmation dans la non continuité avec les autres ne pouvait qu'apparaître que comme une répression. Aussi encourut-il toutes sortes de refus, de négations, malversations de la part des dominants se sentant remis en cause, qui le menèrent, encore adolescent, au suicide. Et le mécanisme de substitution s'épanouit sans rencontrer réellement d'obstacles et au lieu de l'union rêvée on a eu l’inimitié déchaînée.Les dominants, les adeptes du capital ne pouvaient accepter que leurs moyens de domination, les algorithmes, soient utilisés à d'autres fins que les leurs car c'est ce qui permet de donner forme et d'opérer des substitutions et de fonder l'insatiabilité particulièrement dans l'éducation et l'instruction. Dans tous les cas les relations dominants -dominés recèle une inimitié latente d'où le grave danger de prôner une lutte entre les deux pour soi-disant résoudre le problème.



Un autre exemple nous est fourni par un article de Le Figaro (3-4. 12. 2022) Comment les réseaux sociaux dynamisent la vie de famille, les auteurs affirment: "La transformation numérique est une révolution culturelle qui impacte directement le développement des enfants qui restent dépendants des interactions sociales pour se construire. Tant du côté des parents que du côté de l'enfant on a mise en place d'une dynamique d'insatiabilité.



La possibilité de s'affirmer, d'être reconnu en mettant en ligne des photos de leurs enfants favorise le développement d'une insatiabilité, d'une addiction où les enfants sont en fait niés, réduits à des objets ne servant que de faire-valoir - moyen aussi de capitaliser l'enfant.



En ce qui concerne les enfants, ils recourent aux réseaux sociaux afin de se faire connaître, avoir des amis, mais ils ne sont jamais satisfaits car ils n'en ont jamais assez, du fait de l'absence d’affectivité; le but effectif est la reconnaissance et le besoin de elle-ci est dictatorial et insatiable.



Ils servent de supports pour la manifestation de l'insatiabilité du capital et sont en fait des êtres humains en voie d'être substitués capital. Étant donné que pour qu'il y ait substitution il faut un être déjà constitué, l'être substitué capital n'est pas, il devient et son devenir consiste en son éloignement de sa naturalité, qui subira une réduction mais ne sera pas éliminée laissant le possible d'un retour du refoulé.



Étant donné qu'il faut un être préexistant pour que s'effectue une substitution, l'être substitué capital n'est pas il devient, il ne peut pas être sans une certaine naturalité préexistante d'où le possible d'un retour du refoulé et son devenir correspond à son éloignement de sa naturalité en particulier à éliminer l’affectivité, composante essentielle du psychisme. D'où une forte répression de la naturalité surtout chez les dominants qui ira en diminuant à la suite de la sa régression découlant du parachèvement de la substitution



Des exemples d'hommes capital sont des hommes dominant comme Elon Musk ou Bill Gates. Ce sont eux qui déterminent le devenir social escamotant l’État, étant plus forts que lui. C'est pourquoi il ne s'agit pas d’hyper-individualisme car cela conserverait encore un lien avec l'homme, mais d'une hyperdomination impersonnelle.



À travers les hommes substitués, le capital s'impose comme une évidence qui ne peut pas être mise en question. En conséquence sa permanence est assurée; il ne peut pas y avoir de questionnement au sujet d'une extinction, les dominants sont aveugles à celle-ci. Ils le sont d'autant plus qe l'affectivité, le psychisme sontt de plus en plus réduits chez eux atténuant leur perception du réel. De même l'inconscient freudien ne peut pas surgir du fait d' une asbence de contradiction, la réalité étant acceptée telle qu'elle, puisque c'est celle du capital, réflexion sur lui-même actualisant une sorte de société du spectacle. Le pouvoir pour accéder à l'absolu doit se mirer en lui-même.



La séparation d'avec la nature s'exprime au mieux dans la question de la reproduction comme on le constate avec la revendication de la procréation médicalement assistée celles pour les lesbiennes, gays, transsexuels, bisexuels avec le désir de réalisation de l'homme augmenté, mais c'est encore une dynamique humaine, pathologique. Elle va donc être substituée, en ce qui concerne la sexualité avec l'utérus artificiel5 qui permet de produire en série des enfants parfaits, et de multiples rapports sexuels variés grâce à la cybersexualité.



Enfin pour mettre en harmonie un environnement de plus en plus artificialisé et des êtres qui y vivent, développement par exemple d'une production en série de chiens robots6. Tout sera manifestation du capital.



Pour terminer n'oublions pas que le capital se substitue dans tous les domaines de la vie humaine et que donc il opère aussi dans le domaine dit spirituel Pour compenser leurs souffrances et le désespoir de n'avoir qu'une vie brève, ils ont conçu une vie éternelle pour après leur mort. Or K. Marx signale à maintes reprises le désir d'éternité (Unvergängichkeit, Ewigkeit) du capital7. On peut dire que c'est inévitable du fait qu'il se pose sur le mode l'incrémentation et concevoir les choses ainsi le posé d'un certain quantum de temps implique l'engendrement d'un autre, indéfiniment.



Certes tout cela s'effectue au niveau des dominants mais affecte inévitablement les dominés à cause des limitations apportées à leur naturalité et parce que cela engendre le possible de la manifestation d'une inimitié, cause d'une autre forme d'extinction.



Le plus grand danger d'extinction qui menace l'espèce c'est sa substitution par le capital, car c'est une menace absolument invisible parce qu'elle n'en est pas consciente Rappelons à ce propos qu'en produisant le capital l'espèce visa à échapper à l'empreinte d'une vielle menace, celle de l'extinction, afin de sortir de la nature, support de celle-ci et s'assurer ainsi sa sécurité. Donc rien n'est résolu. La destruction de la planète conduit certains comme Elon Musk à préconiser d'aller coloniser Mars mais là, à nouveau, insatisfaction, insatiabilité et substitution se manifesteront du fait de la persistance de l'inimitié.



En fonction de la rationalité implacable de la dynamique de la substitution par le capital, seul un événement imprévu, mais non improbable, réactivant notre naturalité peut permettre de relancer la dynamique apte à nous sauver: l'inversion, du fait de l'activation de la plus grande force de l'espèce, son psychisme.



Seule l'inversion impliquant la non séparation avec la nature, celle entre forme et contenu, la réduction de la production et la fin de son autonomisation liée à la disparition de l'insatiabilité découlant de la remise en continuité, peut permettre la réaffirmation plénière de la naturalité, donc d'échapper à toute substitution et être dans la satisfaction, or de toute insatiabilité dans la présence et la continuité avec la nature.













                                                                         Camatte Jacques




                                                                           22  Décembre 2022



















1. Je n'insiste pas. La question est traitée de façon exhaustive dans le premier livre du Capital.


2 K. Marx Manuscrit de l86l-l863, l° partie, MEGA, II, 1 p. 26. Dans les Ed. Sociales p.35, on a la traduction suivante: «(…)on trouve de l'argent porteur d'intérêts, de l'argent qui pose de l'argent, donc, du point de vue formel, du capital


Mais Marx a écrit : «finden wir Zinstragendes Geld, Gels das Gels setzt, also formel Capital». En conséquence je traduis ainsi: «nous trouvons l'argent porteur d'intérêts, l’argent qui pose de l'argent, donc du Capital formel». À noter qu'en allemand la virgule ne se trouve pas après formel mais après pose (setzt). Parler d’un point de vue formel c’est se référer seulement à la subjectivité de K. Marx, à son mode de se rapporter à l’objet de son investigation. Or, il s’agit aussi, ici fondamentalement, du mode d’apparition du capital.




3 Manuscrits de 1861-1863, (cahiers I à V) Ed. Sociales, 1979, p. 15 - Mega, 1976, Band 3, p.09.


4Éditions des Équateurs.


5https://www.youtube.com/watch?v=O2RIvJ1U7RE


6https://www.youtube.com/watch?v=ECgSiBZtwpM

7Il est évident que la référence à l'éternité ne convient pas, puisqu'il y a eu un commencement, et que je ne partage pas cette conception de la mort