DE LA DÉSINTEGRATION DE LA PARTICULE ÉLÉMENTAIRE, DE LA LIBÉRATION DE L’ÉNERGIE POUR LA CONSTITUTION DE L’ÊTRE COMMUNAUTAIRE.

 

 

 

 

 

         « Le concret est concret parce qu’il est la synthèse de multiples déterminations, donc l’unité dans la diversité. C’est pourquoi il apparaît dans la pensée comme procès de synthèse comme résultat, non comme point de départ, bien qu’il soit le véritable point de départ et par suite également le point de départ de la vue immédiate et de la représentation. La première démarche a réduit la plénitude de la représentation à une détermination abstraite, avec la seconde, les déterminations abstraites conduisent à la représentation du concept par la voie de la pensée »

K. Marx, Introduction à la critique de l’économie politique, 1857

 

        « Cet homme, par exemple, n’est roi que parce que d’autre hommes se considèrent comme ses sujets et agissent en conséquence. Ils croient, au contraire, être sujets parce qu’il est roi »

K. Marx, Le Capital, Livre I, T. 1, p. 71, éd. Sociales

 

Thèses. I

 

1.    Le capital est pure représentation.

En tant que tautologie, il est tautologie en procès[1].

 

2.    Etant son propre équivalent général, lui-même, il se mire dans l’intégrale de tous les cerveaux, parties de lui-même.

 

3.    Il produit la dichotomie : théorie (en tant que discours) et pratique (en tant qu’action réelle), et la reproduit à l’infini.

 

4.    Le capital produit ses propres médiations sous le schéma de l’antinomique, à un rythme imperceptible et inconcevable.

 

5.    Le cerveau n’intègre qu’une totalité aristotélicienne, ainsi qu’une infinité de possibles de dépassements fictifs qui lui sont proposés par son être total.

 

6.    Le capital ne survit et ne se développe que grâce à la production de médiations gangrénées pour l’être humain potentiel mais authentiques et parfaitement opératoires.

 

7.    Le procès de vie individuel, perçu dans son immédiateté est en fait manifestation de la production tautologique.

 

8.    Tout procès de destruction du capital est en même temps son procès de vie, en cela il participe des mêmes éléments.

 

II

 

1.    Seule l’affirmation positive de la réalisation de l’être humain potentiel et donc de la communauté humaine, peut constituer un point de non retour de la radicalité.

 

2.    Dès que les individus quittent le projet de leur propre désintégration ainsi que leur réalisation en tant que « véritable Gemeinwesen » de l’homme, tout projet communautaire rendu parcellaire ne peut que révéler son immédiate pauvreté.

 

3.    Le procès de dissolution des tentatives communautaires procède toujours de l’autonomisation-séparation originelle[2].

 

4.    La tentative communautaire procède toujours de l’être humain réel et en tant que finalité médiate, elle correspond à une atteinte à la survie planifiée.

 

5.    Pendant la dichotomie temporelle entre l’affirmation concrète du projet immédiat, la communauté en tant que négation de la survie planifiée, et celle du devenir de la Gemeinwesen, le rôle de la « sublimation non répressive » est fondamental[3].

 

6.    La constitution de la communauté comme établissement de rapports entre les êtres potentiels, tend à apparaître comme une affirmation des êtres posés en tant qu’objets.

 

7.    La tentative communautaire apparaît au départ, comme caution à l’être du capital en cela qu’elle montre une pluralité de possibles de libération en son sein.

 

8.    Demeurant sur le terrain de la radicalité, elle devra, rapidement être l’objet d’agressions de la part du capital, tant intérieurement qu’extérieurement, révélant son authenticité.

 

9.    Seule l’atomisation consciente, en tant que procès de désintégration des individus[4] réifiés, et donc négation de l’atomisation originelle s’affirmant entre autre comme projet de non-dépendance des être les uns vis-à-vis des autres, peut constituer un élément de non-retour dans la tendance à l’affirmation des êtres dans toutes leurs potentialités.

 

10.                        Au sein de la communauté matérielle du capital, en tant qu’accumulation d’agressions, le « facteur temps » est un élément de liquidation du procès de critique radicale, pouvant même aboutir à la destruction des êtres (abolition des référentiels cérébraux).

 

11.                        La dichotomie théorie-praxis puis l’autonomisation du discours règnent et se développent lorsqu’au sein de l’affirmation positive, l’intégration d’une donnée fondamentale, mise en évidence il y a quelques mois déjà, n’est pas totale : le capital n’est que représentation.

 

III

 

1.    En tant que base de la famille, à un moment du procès de constitution de la valeur puis de son autonomisation, le couple est maintenant, production et reproduction d’un rapport au-delà des limites de son existence traditionnelle (production et reproduction de la forme autonome).

 

2.    En tant que forme, le couple est un complexe de rapports fonctionnant comme justification tautologique, moteur de la fixation des êtres…

Il sanctionne l’autonomisation-séparation de la société et des êtres dans leurs rapports eux-mêmes.

 

3.    Dans le procès d’atomisation de l’activité de l’espèce, le mouvement de la valeur, et plus particulièrement son autonomisation, a détruit qualitativement le rapport sexuel sans l’abolir complètement, comme les autres aspects de l’activité humaine : il est l’un des rapports nécessaire à sa perpétuation.

En tant que tel, le capital l’a limité à sa fonction de reproduction et, en même temps, l’a constitué en pièce maîtresse de la représentation.

 

4.    Le mouvement de perpétuation du couple peut être mis en évidence dans son rapport au monde par l’élément central : la constance de difficultés de tous ordres, obstacles perpétuels à son but mythique qu’elle revalorise en permanence.

 

5.    Le mythe Amour, prenant naissance au sein du rapport entre les êtres médiatisé par le monde constitue la forme la plus achevée de la mystification lorsqu’il affirme : « nous deux » face au monde extérieur.

 

6.    L’amour en tant qu’élément essentiel de la tautologie, fétiche, autojustification, autorégulation (refuge) et fondamentalement pilier de la fixation, ne perdure que proportionnellement au quantum d’agression enregistré par le couple.

 

7.    Dans le procès de liquidation de la forme de fixation des êtres, les agressions soutenues du capital ont tendance à faire renaître une polarisation « malsaine », base de la reconstruction du mouvement tautologique.

 

8.    Un des aspects essentiels de la valeur d’usage de l’enfant, est sa fonction au sein de la fixation.

Renforcement du mythe par son couronnement : « C’est de nous deux », « il est à nous »… sur lequel se branche le procès de valorisation de l’être.

Extension du champ d’opération du concept de propriété privée.

Fonction d’autorégulation et de stabilisation.

Elément principal de la fixation matérielle.

(Il est bien évident que le concept de valeur d’usage est, ici, pour le capital).

 

9.    C’est en autonomisant une forme et en créant un mythe que le capital s’assure la fixation des êtres, nécessaire à sa propre reproduction : celui de l’amour par rapport à son fondement naturel, la raisonnance (essentielle[5]) affirmant entre les êtres humains potentiels, qu’il liquide de ce fait[6].

 

 

 

BASTELICA 

1972

 

 

 



[1]               Pour le concept de tautologie, on préférera les modifications substantielles apportées par Wittgenstein aux déterminations habituelles. En effet, en élevant le mouvement tautologique au mouvement de la forme seule, « indépendant de la valeur de la vérité des propositions qui la constituent », Wittgenstein exprime parfaitement l’essence de la réalité actuelle : l’autonomisation de la forme.

Il est intéressant de noter que cette préoccupation se trouve en pleine lumière lorsque, développant, il étaye pour confirmer la tautologie.

     « 6.41. Le sens du monde doit se trouver en dehors du monde.

Dans le monde toutes les choses sont comme elles sont et se produisent comme elles produisent : il n’y a pas en lui de valeur – et s’il y en avait une, elle n’aurait pas de valeur.

S’il existe une valeur qui ait de la valeur, il faut qu’elle soit hors de tout évènement réel et de tout être-réel. Car tout évènement et être réel ne sont qu’accidentels.

Ce qui les rend non-accidentels ne peut que se trouver que dans le monde, car autrement cela aussi serait accidentel.

Il faut que cela réside hors du monde »

Tractatus Logico-philosophicus, coll.Idées.

 

[2]           Alors que pendant la dissolution des communautés primitives le mouvement de la valeur était naissant, aujourd’hui, il est à détruire, donc il persiste au sein de la tentative et est à liquider.

 

[3]           Cf. Eros et Civilisation, coll. Points, p. 12

 

[4]           Le terme « individu », ici, représente la réduction de l’être humain à laquelle est parvenu le capital, il exprime parfaitement l’atomisation et nie l’appartenance à l’espèce en affirmant « l’élément de base de la société », de « l’ensemble », de la communauté opératoire du capital : la démocratie.

            Il produit par là même, la notion de moyenne, à propos de laquelle Marx montre : 

« Que l’on fait de plus abstraction des hommes que l’on écarte de plus de la vie réelle, et que l’on ne considère que le mouvement abstrait de la propriété matérielle, inhumaine. Les moyennes sont de vrais outrages infligés aux individus réels »

 

[5]           Le terme « essentiel » vient ici exprimer l’extériorisation des potentialités de l’être humain dans son rapport à l’autre. Il efface la dichotomie : cérébralité-sensibilité, toute fictive, créée par le capital dans son anthropomorphose (représentation : il y a des quanta cérébraux et des quanta sensibles… à chacun sa carotte…).


[6]           Il n’est point la peine de s’appesantir sur une autre réduction du rapport sexuel par le capital : valeur d’usage pour le procès du capital, au sein de la consommation actuelle, il permet non seulement des productions « nouvelles » mais encore constitue l’élément central de toute la publicité et de toute la « propagande » en général.